Tronçais, saison de brame 2011, « ProxiCerfs »

 


 

2011, brame difficile.

Forte chaleur, dérangement comme jamais. Manque de biches sur le massif de Tronçais ? Probablement …

3 facteurs de difficultés, la chaleur et la sécheresse en forêt ont modifié quelque peu les habitudes des cervidés, recherchant la fraicheur des ruisseaux et des rares souilles encore humide à Tronçais. Le second facteur en croissance permanente,  l’incroyable cirque en forêt sur l’ensemble du massif qui ne favorisent pas les belles images, très peu de comportements naturels observés même quand les cerfs sont au rendez-vous. Et enfin le gros déséquilibre qui commence à se révéler, entre mâle et femelle, ce n’est qu’un début avec le plan de chasse en place à Tronçais, le manque de biche, 

Pour terminer de manière positive, toujours des instants de régals pour ce brame 2011 même si les images manquent, peu importe. Je ne me lasserai jamais de ces journées de septembre et d’octobre. 

Je vous propose une série d’une quinzaine d’images en deux parties, d’abord du «classique» si l’on peu dire, et de l’image un peu différente que j’appelle «proxicerf», de grosses grosses émotions à l’affût !!!. Mon choix d’affût pour ces images fut délibérer même si j’ai vu moins de cerfs cette année. 

Les images «ProxiCerf» ne sont pas recadrées, réalisée au 300mm + multi 1.4 et housse antibruit. Précision qui s’impose, je n’ai jamais déclenché quand la prise de vue risquait de mettre cerf ou biche en fuite. 

Comme d’habitude, les commentaires sont les biens venus. Merci

 


 

 

Devant l'affût Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf
Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf
Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf Saison de brame 2011, ProxiCerf

 


 

Christophe

À propos Photographie de la Nature Sauvage, passionné par ses surprises, ses curiosités et sa préservation. Biography Je pratique la photographie animalière depuis 1996 et comme auteur photographe depuis 2005. Habitant proche de la forêt de Tronçais au cœur du bocage Bourbonnais, je suis passionné par la nature, ses surprises, ses curiosités et sa préservation.

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Christophe dit :

    Je crois que le groupe Faune Sauvage publiera quand il sera prêt à diffuser des informations cohérentes sur ses actions et leur forme devra être abordable pour tous, pas seulement aux spécialistes. Sous quelle forme ? C’est à suivre, peut être le web d’ailleurs qui s’avère une porte de diffusion nationale fantastique, les semaines à venir seront peut être intéressante. À suivre… Secret, je ne pense pas, une communication se construit, c’est primordial pour avoir de la crédibilité et peser sur des décisions.
    Cerfs emblématiques, phénotypes. Il faut bien commencer par quelque chose dans une action de ce type, mais je suis tout à fait d’accord, si cette action se limitait à ne conserver que de gros cerfs pour nourrir la trophée-ite, aucun intérêt. Mais ce n’est pas le but.

    Être Sifflé ou siffler, l’essentiel est de se sentir à sa place. Mais ce chapitre ne me concerne pas de toute façon.
    Votre avis sur le sujet est très intéressant et Faune Sauvage aurait surement aussi besoin de votre participation. Merci, au plaisir.

  2. LE RAVALANT dit :

    Mea culpa, je n’avais pas pris soin d’aller visiter le site de la SAFT . Sur le sujet de la LGV,  permettez- moi d’utiliser cette tribune pour saluer leur engagement  qui, pour une fois parait clair et déterminé.
    Je regrette d’ailleurs que les travaux du groupe Faune Sauvage ne fassent pas l’objet de publications régulières sur ce même site (hormis des articles de presse très personnalisés).  Vous en conviendrez, cette absence de transparence sur les finalités, la stratégie, les actions en cours, les résultats obtenus etc… ne permet pas forcément de se forger une opinion objective. Mais bon,  je comprends que les grandes causes puissent aussi être secrètes.
    Sur les soit disant cerfs emblématiques : je me contenterais de constater que le « phénotype emblématique » que vous évoquez correspond  toujours à des cerfs à fortes empaumures, qui portent beaucoup de pointes etc….. C’est une approche trop « Solonienne » pour que j’y souscrire. Je suis définitivement un amoureux inconditionnel de la diversité et cette approche anthropomorphique ne correspond, de mon point de vue à rien de naturel.
    Encore une fois ce qui me parait essentiel c’est de préserver un nombre suffisant de biches. Pour le reste la nature sait mieux que nous ce qu’elle a à faire. C’est d’ailleurs ce qui rend la vénerie si intéressante et sympathique ; à condition toutefois de ne pas arrêter après 2h30 de laisser courre  au prétexte que l’on chasse « un emblématique ». Décidément le « vers Solonien  » a infesté toutes les pommes.
    Sur la fête du brame : je vois que vous avez encore des illusions sur la formation de la multitude de badauds qui déambulent dans le plus grand désordre durant cette période. C’est beau ……..je vous souhaite de les conserver longtemps.
    « Pour bien vivre, vivons cachés » dites vous : c’est aussi ce que doivent se dire les cerfs à cette époque ! Personnellement j’ai fait mienne cette devise : « il suffit au poète d’être la mauvaise conscience de son temps ».
    Je vous remercie de m’avoir permis d’utiliser votre site pour ces quelques réflexions même si, et c’est normal nous restons sur quelques « différences d’opinion ». Au moins en avons-nous, vous et moi exprimées.
    Je m’excuse d’avoir quelque peu bousculé la nature habituelle des commentaires de votre site : « la photo N°x est magnifique » « je préfère la N°Y » etc …..
    Je ne suis ni de ceux qui sifflent ….. ni de ceux que l’on siffle ……J…..mais cela, je pense, vous l’aviez compris !
    Bien cordialement.

  3. Christophe dit :

     

    Pas de soucis je n’ai pas sombrer dans quoi que ce soit d’aussi compliqué. Je passe mon temps libre en forêt à faire de l'observation et de la photo toute l’année, pas que de cerf.

    Personne ne s’intéresse aux biches tuées à Tronçais, ce sont vos mots, voilà pourquoi j’ai évoqué Faune Sauvage. Non je ne suis pas d’accord le plan de chasse intéresse beaucoup de monde à Tronçais. Si passer par des cerfs emblématiques permet de peser dans un second temps sur la gestion de la population cervidés sur le massif, et bien, le jeu en vaut la chandelle. L’action même laborieuse est toujours plus positive que la simple complainte.

    La fête du brame, pourquoi ne pas faire connaitre mieux aux visiteurs de Tronçais ce qu’est le brame, c’est encore une fois une action concrète et plus formatrice que le « pour bien vivre vivons caché »

    Je ne me permettrais pas de m’exprimer au nom de la SAFT mais si vous allez sur le site Internet de l’association, leur point de vue sur le LGV parait clair. Étonnant de restez aussi énigmatique dans vos phrases, les places de brames du petit Breuilly sont pour l’instant largement arpentées par les « coureurs de cerfs » pas besoin du LGV pour que les cerfs soient dérangés. Quant au sénateur Dériot , je ne connais pas son point de vue sur la question, mais qui nous dit qu’il ne souci pas lui aussi des cervidés de Tronçais, nous l'ignorons tous les deux.

    Ne dormons pas tranquille, soyons constructifs, le plus cohérent possible et surtout pragmatique. Et ne voyons jamais le pire pour avancer…

  4. LE RAVALANT dit :

    Vous n’aviez pas besoin de sombrer dans la justification. La seule et vraie justification à mes yeux, c’est le plaisir et le bonheur que l’on éprouve à être en forêt. Il n’y en en pas d’autre et elle se suffit à elle-même. Je m’étonne que cette raison essentielle soit absente de vos propos.
    J’avais souhaité vous interpeller sur le thème du dérangement seulement pour vous rappeler que la photographie ne justifie pas tout. Vous le savez comme moi, la quête du cliché à tout prix « toujours plus gros, toujours plus près » combiné à la puissance des moyens de communication moderne est susceptible de générer  beaucoup de comportements excessifs  ………….. parfois pour seulement servir des ambitions personnelles d’exister.
    Les passions, même les mieux conduites ne supportent pas de trop nombreux participants. Mais bon  ….. c’est la fête du brame dans tous ses excès ….. à  Vitray et ailleurs.
    Pour autant et contrairement à beaucoup,  je ne rêve pas d’une forêt sans homme et je sais qu’il est des dérangements beaucoup plus rédhibitoires pour le cerf. Ce n’est pas la bonne douzaine de grands cerfs ou assimilés, disparus depuis septembre « du catalogue » qui est en mesure de me démentir. Tout au plus me direz vous : « ils n’ont pas su rester  à distance de sécurité et s’adapter à une menace qu’ils n’ont pas perçus »
    Quant à l’action du groupe faune sauvage de la « SAFT »,  je ne crois pas avoir jamais échangé avec vous sur  ce thème. Vous ne savez  donc, sur l’opinion qui est la mienne,  que ce que d’autres ont bien voulu vous en dire.
    Sur le fond, si cette action permet de préserver ne serais ce qu’une seule biche,  elle aura été utile à la cause ………… et surtout à la dynamique de population (plus que de focaliser sur la sauvegarde du « cerfàfifi » ou du « 20 cors de Jarsaud »).
    Mais tout cela n’est finalement pas si grave. Savez vous ce que pense la SAFT du tracé sud ouest de la future ligne TGV Paris Lyon ? Ce serait sympa de publier sur votre site une photo- montage d’une ligne TGV qui traverserait  les places de brame  du « Petit B…..Y » ……….et de demander son avis au Sénateur du coin !
    Mais dormons tranquille …..Le pire n’est jamais certain !

  5. Christophe dit :

     

    Je ne crois pas être dans le paradoxe. Mes affûts sont préparés de manière soigneuse. Pensez-vous que si je dérangeais biches et cerfs, j’arriverais à réaliser des séries d’images sur des temps de plus de 15 secondes… c’est le temps de fuite pour un cervidé dérangé. Reprenez mes réalisations vous constaterez des attitudes sereines et pas d’animaux sur l’œil, fuyant avec les oreilles en arrière. Juste quelques exemples pour illustrer ce que je dis.

    http://troncaisnature.free.fr/galeries/index.php?album=Brame%202010&page=2

    http://troncaisnature.free.fr/galeries/index.php?album=Brame+2009

    Je préfère me passer d’une très belle image plutôt que de déclencher l’affolement et la fuite. J’aime autant observer que photographier. Il m’arrive évidemment de déranger en allant me poster.

    Le dérangement par intrusion humaine en forêt, oui j’en conviens, le bucheron, le ramasseur de champignons, le photographe même à l’affût, l’observateur, le promeneur, le chasseur, le ramasseur de bois ou de morceaux d’andouillers cassés 😉 sur les places de brame. Ce dérangement est effectif.

    Quand on est en affût et que l’on observe les cervidés, on sait très bien que si l’on ne fait pas de l’approche, les cervidés restent en distance de sécurité qu’ils adaptent au potentiel de menace qu’ils perçoivent.

    L’évolution de la population cervidé à Tronçais, je suis entièrement d’accord avec vous, plus de biche, plus de cerf, logique implacable. 

    Pensez et dire que personne ne s’intéresse aux plans de chasse en cours  et à venir sur le massif de Tronçais, ce n’est pas le cas. Comme vous le savez je pense, le groupe Faune Sauvage de la SAFT (Société des amis de la forêt de Tronçais)  se penche en détails sur la population cervidé du massif, 20000 hectares, je ne pense pas que ce ne soit rien même si l’on adhère pas à la démarche. Cette initiative a le mérite d’exister et de modestement commencer à porter ses fruits.

    Merci pour votre commentaire, il est assez rare que les personnes qui fréquentent Tronçais s’expriment publiquement sur le sujet. Bravo.

  6. le ravalant dit :

    Très belles et bonnes photos ……….mais à quel prix ?
    Je me demandais comment vous arriviez à gérer le paradoxe qui consiste à fustiger le dérangement et rechercher cette hyper proximité ? Les initiés savent que de telles photos  à partir du sol :
              ce sont des heures d’affût, de présence,  d’intrusion, de déplacements au cœur des places de brame ainsi violées
              son odeur d’homme que l’on dissémine inévitablement partout, insidieusement
              des animaux forcément surpris et stressés par cette proximité inattendue
    Préférer l’affût perché à bonne hauteur, sur des surfaces plus vastes me parait plus raisonnable. Mieux d’ailleurs …..Troquez votre appareil photo contre une bonne paire de jumelles ; vous verrez ….ainsi on fait moins de bêtises !
    Notre petit plaisir personnel, ces quelques photos, fussent elles belles, valent elles  le prix de ce dérangement ?
    Nous sommes aujourd’hui lundi …..Jour de chasse à tir à Tronçais….. Ce soir 10 biches seront mortes ….mais cela n’intéresse personne…..puisque de ce carnage aucune photo ne sera publiée !
    Pour le reste vous avez raison ; il y aura du cerf à Tronçais tant qu’il y aura des biches …..Après….

  7. Valène Aure dit :

    J'adore… surtout la 3 et la 4, où j'ai l'impression de l'entendre dans tout mon corps (je comprends les biches…:). Ça a l'air impossible, en France, de trouver des coins vraiment sauvages où les cerfs peuvent vivre leur vie naturellement, sans risque et jusqu'à la fin de leur cycle naturel. Est-ce que ça existe, même, des endroits vraiment protégés, sans chasseur ? Il reste un bout de la forêt de Bialowieza, en Pologne, mais en France ? Tout est quadrillé, on dirait… Tes photos sont superbes, en tout cas, ça fait rêver d'une vraie forêt, d'une vie plus naturelle. 🙂

  8. ROBIN dit :

    Bonsoir Christophe,
    Avec une soirée bien maussade (il pleut des cordes) c’est avec grand plaisir que nous avons pu regarder les belles photos du brame de cette saison et je ne doute pas que certains clichés ont été difficiles à réaliser. Pour ma part,ces cerfs m’effraient un peu et je tremblerais bien si je me trouvais à proximité. Ceci dit, la photo n° 12 est magnifique. Le regard de cette bête semble vouloir parler.
    En fond d’écran c’est le n° 1 que j’ai retenu. Bien que flou il est lumineux et j’adore le fond de cet écran avec une belle envolée d’oiseaux.
    Bonne soirée, bons week end et bises à tous

  9. Christophe dit :

    Merci pour vos remarques et commentaires. L'ONF ne se complique pas, le mot d'ordre est "Réduction" il n'y a pas plus simple.

  10. BRAY dit :

    De superbes clichés! Pourquoi l'O.N.F. ne fait il donc pas le recensement estimatif des biches en forêt de Tronçais, afin de rétablir des cotas de chasse plus en rapport avec la population actuelle? 

  11. Christophe Martel dit :

    La numéro 5 à ma préférence.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *