Un photographe au ras du sol

 


 

Je n'affectionne pas les images de mammifères qui regardent l'objectif, surtout en Europe où l'homme génère toujours la terreur chez l'animal sauvage. Mais voilà ce brocard se prête parfaitement à ce type d'image pour observer la capacité du brocard à utiliser son puissant odorat pour comprendre et analyser son environnement proche. Quand le vent tourne le repérage est rapide, et le chevreuil de nature curieux vient voir, mais voilà le photographe ne sent pas grand chose, et bien camouflé alors il s'approche pour confirmer ses doutes. En deux images, regardez les narines du brocard qui inspire et souffle très fort. Grosse émotion pour le photographe et aussi pour le brocard malheureusement d'ailleurs.

 

A la recherche d'un odeur

 


 

Le souffle du brocard

 

 


 

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Christophe Martel dit :

    Ils sont toujours étonnant ces chevreuils et parfois imprévisibles, les derniers que j'ai vu il y a quelques semaines courraient à coté de la voiture avant de faire un grand bond dans le champs.
    Cordialement.

  2. D Ormesson dit :

    Sublime, surtout quand on connaît les réactions étonnantes que peuvent avoir les chevreuils. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *